Saint Vincent Ferrier - par Henri Ghéon

Saint Vincent Ferrier - par Henri Ghéon

13.50

374 pages

Quantité:
Acheter

Pourquoi republier la biographie que Henri Ghéon a consacré, il y a quelques décennies, à la vie prodigieuse de saint Vincent Ferrier (1350 – 5 avril 1419) ? Parce que ce fils de saint Dominique a quelque chose à nous dire aujourd’hui, spécialement en cette année de son Jubilé. Voilà 600 ans qu’il est dans la vision de Dieu, et trois rayons de sa gloire viennent nous réchauffer. Oui, ce Frère prêcheur du Moyen-Âge finissant, déchiré par le schisme et une guerre centenaire, miné par la décadence philosophique qui engendra la Réforme, a un message très actuel pour aujourd’hui. Tout simplement parce que notre monde postchrétien et post-moderne est éminemment temps de crise comme le sien.

Vincent est Ange du Jugement.

Au lieu de gémir sur les malheurs des temps, Vincent soulève, du dedans, la tristesse d’un monde mauvais, par « l’annonce d’une bonne nouvelle éternelle » (Ap 14, 6). Il rappelle sans se lasser que l’absurde ne triomphe que si nous acceptons de nous laisser séduire, que le mal est vaincu par la lumière dans les cœurs qui attendent le Christ. « Craignez Dieu et rendez-lui gloire, car voici l’heure de son jugement » (Ap 14, 7). Vincent a prêché les grandes vérités qui nous bouleversent et ouvrent dans nos âmes, par le saisissement des immenses perspectives eschatologiques, les sources de la pénitence et les chemins de l’Amour. Nous avons besoin que le tonnerre de cette voix de prophète nous réveille, dans nos existences compliquées et pesantes, dont est trop souvent absente la pensée de la vie éternelle… Oui, le cri de Vincent nous juge sur l’Amour, parce qu’il annonce l’Époux (cf. Mt 25, 6).

Vincent est Apôtre de chrétienté.

Il a une conception totale de sa foi. À une époque où tout craque, où les pouvoirs temporels et spirituels ne s’entendent plus, où la naissance des antagonismes nationaux désagrège le corps de la chrétienté, où les hommes de la pensée perdent le sain réalisme de l’être, Vincent ne se résigne pas. Savant, nourri de Thomas d’Aquin, il enseigne sans relâche les clercs, conseille les princes, protège et convertit juifs et musulmans, apaise les querelles des cités. Devenu « légat du Christ », il jette toutes ses forces dans une gigantesque croisade pacifique, où, durant vingt ans, il sillonne l’Europe pour prêcher « la royauté du Christ sur toute la création et en particulier sur les sociétés humaines »[1]. « Cette fameuse mission constitue l’un des faits les plus extraordinaires et les plus importants de l’histoire de l’Église »[2].

La foi conquérante de Vincent fouette nos timidités, à l’heure où le profond désespoir de l’humanité contemporaine cache, « plus que nous ne le pensons, une silencieuse espérance qu’une chrétienté renouvelée pourrait constituer une alternative »[3].

 

Vincent est homme apostolique.

À l’image de son Père Dominique. Qu’est-ce à dire ? C’est un contemplatif dont le cœur parle aux hommes. Tous les jours, il marche sur les routes comme un pauvre, il chante la Messe – « l’œuvre la plus haute de la contemplation », dira-t-il –, puis il prêche. Et les grands et les humbles, accourus écouter le bonhomme Vincent, cet homme qui ne parle que de Dieu ou avec Lui, le sentent tout proche d’eux, le comprennent et l’aiment. C’est qu’il présente à tous, en même temps que l’Évangile de son maître Jésus, le miracle qui l’accrédite : lui-même, sa vie héroïque, son enthousiasme communicatif. Il est bien de ces hommes évangéliques qu’il a décrits dans son Traité de la vie spirituelle, et auxquels fera référence saint Louis-Marie de Montfort dans la Prière embrasée : « très pauvre, très simple et très doux, ne pensant qu’à Jésus, ne parlant que de Jésus, ne goûtant que Jésus et Jésus crucifié ».

Se mettre au contact de l’âme d’un Vincent, c’est se laisser envahir de cette soif apostolique qui consumait son cœur. En lisant la vie de cet humble géant, si bien retracée par Gheon, on est confondu devant sa confiance en la grâce divine. C’est tout simplement qu’il croit à l’Évangile. Qu’est-ce qui nous empêche d’en faire autant ? Vincent Ferrier nous enseigne qu’il n’est jamais trop tard pour l’espérance.

Fr. Louis-Marie de Blignières

Fondateur de la Fraternité Saint-Vincent-Ferrier

[1] Cf. Catéchisme de l’Eglise catholique, n° 2105.

[2] Père Bernadot.

[3] Cardinal J. Ratzinger.