L’essence de la vie religieuse

selon Dom Prosper Guéranger
restaurateur de l’ordre bénédiction en France 

280px-Prosper.jpg

La vie religieuse a trois objets principaux : La pénitence des péchés commis, et c'est pour cela qu'elle est appelée conversion. L'imitation de Jésus-Christ par la réalisation de ses préceptes et de ses conseils, en sorte que le religieux lui devient semblable. L'union avec Dieu dès ce monde par la charité.

Or cette union ne peut avoir lieu qu'autant que les obstacles qu'elle rencontre en l'homme ont été levés, et ces obstacles sont de trois sortes : L'attachement même légitime aux possessions terrestres qui enchaîne l'homme aux biens de la terre. L'attachement même légitime aux plaisirs des sens qui divise l'homme entre Dieu et sa créature. L'attachement même légitime à la volonté propre qui fait que la volonté de Dieu et celle de l'homme peuvent se trouver en désaccord.

Le moyen de lever l'obstacle que présente l'attachement aux choses terrestres est la désappropriation réelle par la pauvreté d'esprit et de fait. Le moyen de lever l'obstacle que présente l'attachement à la volonté propre est dans l'obéissance sincère à la volonté d'autrui en vue de celle de Dieu. Le moyen de lever l'obstacle que présente l'attachement aux plaisirs des sens est la chasteté complète de corps, de cœur et d'esprit.

Et comme la vie religieuse n'est point un acte transitoire mais un état, la pauvreté, la chasteté, l'obéissance doivent devenir tellement propres à cette vie dans ceux qui la professent qu'ils ne puissent plus s'en séparer; c'est ce qui a lieu par l'émission du vœu perpétuel, qui seul constitue l'homme dans l'état de la Religion.

Étant donc placé dans l'état stable de la Religion, l'homme est en mesure de tendre à la perfection. Or la perfection consiste dans l'amour de Dieu ou la charité, et la charité produit l'union de l'âme avec Dieu. La Religion produit également l'imitation de Jésus-Christ, car la vie tout entière du Sauveur nous présente l'expression des trois vertus qui sont la matière des vœux. Enfin la religion opère pleinement la conversion des mœurs et la véritable pénitence dans ceux qui la professent; car elle oppose aux trois maladies de l'homme pécheur trois remèdes efficaces dont l'application opère en même temps le châtiment du péché et l'acquisition des vertus qui lui sont opposées.

Telle est l'idée générale que les Frères doivent avoir de la Religion et qu'ils doivent méditer sans cesse comme représentant le but qu'ils se proposent en entrant au Noviciat.

Or comme c'est dans la vie monastique qu'ils doivent pratiquer la Religion, il leur importe de connaître maintenant cette vie qui est la forme sous laquelle ils se consacreront à Dieu dans la Religion.

 

Extrait du livre “Notions sur la vie religieuse et monastique”

version imprimable