Back to All Events

Retraite sur le combat spirituel


  • Fraternité Saint Vincent Ferrier Fraternité Saint Vincent Ferrier Chémeré-le-Roi france (map)

Retraite pour jeunes gens de 17 à 25 ans

par le Père Réginald-M. Rivoire et le Père Jourdain-M. Groetz

Pourquoi faire une retraite ?

 

Pour retrouver la réalité que nos occupations et nos divertissements nous font perdre de vue : « La paix est quelque chose d’intimement associé à la guerre. La paix est la conséquence de la victoire. La paix exige de moi une lutte continuelle. Sans lutte, je ne trouverai pas la paix. » (saint Josemaría Escrivá)

Quels sont les moyens mis en œuvre ?

Trois instructions par jour sur le gouvernement de soi et le combat spirituel. Temps de prière personnelle et participation à la prière liturgique des moines. Suivi personnel tout au long de la retraite. Prise de résolutions concrètes. Détente physique l’après-midi pour ceux qui le souhaitent (sport et aide aux travaux extérieurs).

Prix :

80 € (nul ne doit être empêché pour des raisons financières de suivre la retraite ; nous contacter en cas de besoin : jourdain.groetz@chemere.org).

Dates et lieu : 

Du mercredi 27 septembre à 12h au dimanche 31 décembre à 15h, l'abbaye de Randol (63). Navette depuis la gare des Martres de Veyre assurée.

 

Quelques témoignages d’anciens retraitants :

« Avant tout, je tenais à vous souhaiter une bonne et sainte année. Que le Seigneur vous donne ses grâces pour continuer votre magnifique apostolat au service des âmes et de la Vérité. À ce sujet, je tenais à vous remercier du fond du cœur pour la retraite. Ce fut vraiment un temps de grâce. Les instructions étaient admirablement proportionnées à l’auditoire, et les deux prédicateurs se complétaient à merveille. »

Benoît G., étudiant en philosophie

 

« Partir à Randol, c’est aussi arriver dans ce beau monastère ou tout est construit pour favoriser la prière et le recueillement, au milieu d’un paysage sauvage et reculé, comme pour symboliser cet exil du monde que les retraitants ont choisi le temps d’une retraite.

Mais cette retraite est loin d’être une alternative plus tranquille à l’agitation des fêtes, une simple cure de silence et de repos, une pause dans l’occupation de nos vies.  Au rythme silencieux de la vie monastique et des offices, la vie des retraitants s’organise autour des formations enseignées par les deux prédicateurs, entrecoupés de temps de prière et de silence pour les méditer. Elle correspond plus à un camp d’entrainement pour les soldats du Christ que nous sommes qu’à une permission pour retrouver le moral. C’est bien plus un nouveau départ qu’une pause.
Parce que le thème du combat spirituel, magnifiquement porté par les deux prédicateurs, nous concerne particulièrement, et est quotidiennement le plus grand défi d’un jeune homme, de tout catholique.

Cette retraite nous permet de comprendre les grands enjeux du combat spirituel grâce à la grande pédagogie des religieux, et, assisté de leur direction précieuse, à prendre les mesures nécessaires en vue de gagner le grand combat de nos vies.

Maxence H., étudiant en Sciences Politiques

« Commencer une retraite à Fontgombault [lieu de la retraite 2012], c’est d’abord faire un pas dans l’austérité ; austérité du climat, des vieilles pierres, du silence et des silhouettes fugitives des moines noirs. “Si rien n’est sacrifié, rien n’est obtenu”, observait Hélie de Saint-Marc ; tout le sens de l’austérité nous est révélé quand, à l’office du soir, dans les hauteurs sombres de l’abbatiale, se dilate un chant grégorien, celui du chœur des anges.

Le thème est biblique, la retraite s’intitule “Le combat de l’alliance”. Saint Ignace commence ainsi les siennes : “L’homme a été créé par Dieu pour le louer et le servir et par-là, sauver son âme”. La même vérité essentielle nous est rappelée ici sous l’angle du don de Dieu, de l’arche d’alliance offerte aux hommes et qui impose un choix fondamental, entre le “Non Serviam” et le “Fiat”.

Dans le silence, l’esprit prend vite un goût vif aux récollections des deux prédicateurs. Le premier est magistral et expose dans un bouillonnement de citations et de références la grandeur de Dieu, manifestée dans le bel ordonnancement de sa création. L’exposé est cosmique, on passe de l’astrophysique à Villon et de Chesterton à La Divine Comédie, le tout en suivant un fil unique, celui du don de Dieu.

Le second étonne nos jeunes intelligences par tout le bon sens nécessaire à la conduite d’une vie spirituelle, bon sens qu’à l’accoutumée nous ne réservons étonnamment qu’à nos préoccupations matérielles. Il expose donc avec une rigueur toute germanique les choix à faire, les armes à utiliser et les résolutions à prendre.

La retraite est faite de cet équilibre entre flamboyance et pragmatisme, de l’assistance aux offices bénédictins, des temps de prière personnelle et de la participation aux travaux des moines. Les jeunes de 18 à 25 ans y sont appelés, après une bonne confession, à déterminer leur choix de vie et à se donner sans compter dans une vie spirituelle dont ils ont découvert toute la dimension et la richesse. »

Louis T., élève-officier

Earlier Event: November 25
Session de préparation au mariage
Later Event: January 2
Café-Caté à Paris